Recherche avancée
 
Cliquez pour agrandir
28 avril - Ne les oublions pas
25 avril 2014


Journée internationale de commémoration des travailleuses et des travailleurs morts ou blessés au travail

Le 28 avril sera la journée internationale de commémoration des travailleuses et travailleurs morts ou blessés au travail. J’invite donc toutes les régions, les syndicats de la fédération et les membres à souligner cette journée par le port du ruban noir et à tenir une minute de silence à 10 h ce lundi. 


Ce geste de solidarité témoigne tout le respect et la compassion envers les victimes, mais aussi leurs familles et leurs proches.


Selon les chiffres publiés en 2009 par l’Organisation internationale du travail (OIT), ce sont environ 2,3 millions de personnes qui meurent chaque année dans le monde du travail. Dans les pays industrialisés, les travailleurs et travailleuses du bâtiment sont les plus exposés. Le risque est de 3 à 4 fois plus élevé de mourir d’un accident du travail par rapport la moyenne de l’ensemble des travailleurs et travailleuses. Plus de 651 décès sont en moyenne déclarés chaque année comme directement induits par des substances dangereuses. (L’amiante, par exemple, cause encore environ 100 000 morts/an).


Au Québec, c’est 235 accidents du travail par jour, c’est 211 décès par accident et par maladie. Dans les secteurs publics et privés, il y a encore trop de victimes d’accident du travail. Près de 2000 travailleuses et travailleurs sont indemnisés par la CSST pour des lésions physiques et psychologiques associées à de la violence au travail chaque année. (Recherche EQECOTESST).


Ne pas les oublier, c’est travailler à renforcir des mesures de prévention dans nos milieux de travail, c’est revendiquer l’amélioration des lois actuelles en santé et sécurité du travail, c’est intégrer des mesures dans nos conventions collectives, c’est travailler ensemble à développer une culture de prévention dans tous nos milieux de travail.


Ce 28 avril, ne les oublions pas et ensemble faisons de la prévention notre priorité, afin que plus personne ne perde la vie ou soit ne blessée à l’occasion du travail.


Guy Laurion


Vice-président de la FSSS-CSN et Responsable politique du dossier santé et sécurité