Recherche avancée
 
Le président de la FSSS–CSN déplore les propos du Dr Yves Lamontagne
9 janvier 2003

Le 9 janvier 2003 – « Le président du Collège des médecins du Québec a tenu des propos outrageants à l'égard du personnel préposé à la salubrité des établissements de santé. Nous déplorons vivement cette attitude, empreinte de préjugés, de la part d'un dirigeant en vue de la profession médicale », a déclaré Pierre Lamy, président de la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN.

« En associant au « moppage », le travail des personnes qui ont pour responsabilité le maintien de la propreté et de l'hygiène des hôpitaux et des centres de soins de longue durée, le Dr Yves Lamontagne propage une caricature que l'on aura tôt fait de reconnaître comme étant du mépris », de dire le président de la FSSS.

Selon le président de la FSSS, le porte-parole du Collège des médecins se fait doublement blessant, en laissant entendre que les membres du personnel d'entretien ont un comportement nonchalant dans leur travail. Il cite à cet égard, les commentaires du Dr Lamontagne, reproduits dans le Journal de Montréal, du mercredi 8 janvier 2003 : « Si les hôpitaux appartenaient aux médecins et qu'ils pourraient s'impliquer davantage dans les décisions, ils seraient plus motivés. Je vous dis que le gars d'entretien mopperait plus vite. »

« En utilisant un langage semblable à certains ragots entendus sur les lignes ouvertes, le Dr Lamontagne, un haut dirigeant du domaine de la santé, n'a pas l'excuse d'ignorer ce qui se passe dans le réseau. Nous voulons lui rappeler que les compressions budgétaires des dernières années ont eu de sérieux impacts sur la santé physique et mentale du personnel. Le personnel de soutien, pour sa part, a été particulièrement visé puisque les chiffres du ministère indiquent qu'au cours de la dernière décennie près de 10 000 emplois de ce secteur ont été abolis, soit un emploi sur quatre. Cette perte a deux conséquences : la surcharge de travail s'est généralisée parmi le personnel restant, tandis que le rationnement des effectifs pose des risques accrus de contamination de l'environnement clinique de nos établissements.

« Le Dr Lamontagne ne devrait pas ignorer que les indicateurs de santé du personnel du réseau de la santé et des services sociaux sont très préoccupants. Le retrait du travail pour motifs de problèmes de santé est en croissance constante et il est le double de ce qui est observé parmi l'ensemble de la population en emploi », de dire Pierre Lamy.

« Le message véhiculé par le Dr Lamontagne voudrait par ailleurs faire croire que le réseau public se porterait mieux si l'on permettait aux médecins de devenir des entrepreneurs et des gestionnaires. C'est un point de vue que nous partageons pas », soutient le président de la FSSS.

« Nous incitons le Dr Lamontagne à s'excuser des propos qu'il a tenus et qui, nous sommes convaincus, ne représentent pas ce que pensent les médecins que nous côtoyons tous les jours dans nos milieux de travail. Il est totalement inopportun et mal à-propos, selon nous, de fabriquer des querelles stériles entre les 15 000 médecins du Québec et les 220 000 travailleurs et travailleuses qui exercent des fonctions cliniques et de soutien dans le réseau, alors que notre système de santé et de services sociaux doit présentement relever des défis majeurs qui exigent la collaboration des uns et des autres », de conclure Pierre Lamy.


Renseignements :
Claude Saint-Georges
514-258-7124